Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du Chevalier François
  • Le blog du  Chevalier François
  • : Chevalier en croisade pour la diffusion d'informations sur la réalité et les dangers de notre époque
  • Contact

Qui suis-je ?

Réponse en bas de page

Recherche

Le Chevalier François

               sur le Web

 

 untitled copie          bouton facebook   

 

     

Archives

Avertissement !

Ce blog se veut un espace de débat et une source d’information.

La publication de textes, de photos ou de vidéos repris d’autres sources n’implique nullement une adhésion à leur contenu. Les commentaires n'engagent que leurs auteurs.        

 

La liberté d'opinion et d'expression est considérée comme une des libertés fondamentales de l'être humain. Elle est citée à l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme comme suit : «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.»

Blog sous la protection de l’article 10 du deuxième Traité de la Convention de Berne, l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme et l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, défendant le droit de tous à l’information et le droit à la liberté d’expression et d’opinion.

Tous Les Gifs

2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 21:08

Narbonne : un musulman condamné après l’incident du voile pour ‘menace de mort réitérée’

Par Justin le 30 janvier 2011

 

Un fait divers symbolique. On y retrouve effectivement tous les ingrédients de la dramaturgie islamique (voile, agressivité, discours victimaire) et la trame classique : l’adepte de la religion de tolérance™ refuse les règles communes, crée le problème, se pose en victime, et réclame qu’on joue selon les règles de l’islam.

baignade musulmane

A Port-Leucate, cet été, deux femmes vêtues d’un pantalon tunique et un voile sur la tête, avaient été interdites de piscine. L’affaire avait fait grand bruit cet été. Il faut dire que l’incident était inédit.

Le 20 juillet 2010, une altercation avait éclaté à la piscine du village de vacances ‘Rives des Corbières’ à Port-Leucate. Deux femmes, musulmanes traditionalistes, avaient tenté de se baigner. Alors qu’elles étaient vêtues d’un pantalon tunique et d’un hijab, le voile islamique. Seuls leurs visages étaient découverts.

Elles ont alors été invitées à se conformer au règlement intérieur qui stipule que la tenue pour la baignade est le maillot de bain. Mais le ton est monté entre l’époux d’une des femmes et un vigile.

Le mari a été jugé, hier, par le tribunal correctionnel pour ‘menace de mort réitérée’. Imadeddine, 25 ans, domicilié en Seine-et-Marne, reconnaît du bout des lèvres avoir saisi deux boules de pétanque et avoir lancé, sous le coup de la colère : « Ça va te coûter le prix d’un pétard et d’une balle ! Je vais te mettre une balle dans la tête ! »

Il assure avoir été frappé par le vigile d’abord mais ne fournit pas de certificat médical et n’a pas déposé plainte. Imadeddine dit aussi avoir été victime de préjugés racistes…

Le directeur Michel Tomaso et un maître-nageur se sont constitué partie civile. Leur avocate, Sabine Pépin, réclame 500 de dommages et intérêts pour chacun. Et d’expliquer que ses clients « ne sont pas racistes. Ils voulaient simplement faire respecter les règles : on ne se baigne pas habillé dans une piscine. C’est une question d’hygiène. C’est tout ! » L’avocate insiste : « Le village ‘Rives des Corbières’ est géré par la Faol, Fédération audoise des œuvres laïques. Il accueille des gens de toutes cultures et de religions différentes, et plus de la moitié du coût du séjour est prise en charge par la Caf ! »

Marie-Hélène Vétro dénonce « l’amalgame que tente de faire depuis le début le prévenu ». Le substitut du procureur recadre le débat : « On leur a simplement demandé de faire comme tout le monde. Ça n’a rien à voir avec un quelconque racisme. C’est une question d’hygiène et de santé publique. Et ce n’est même pas le directeur du village de vacances qui décide des règles à appliquer. Mais la Direction des affaires sanitaires et sociales qui impose les mêmes règles dans toutes les piscines de France ». Deux mois de prison avec sursis et une amende de 500 sont requis.

Pour la défense du prévenu, Sébastien Pinet persiste et signe : « Dès qu’on parle de voile, c’est sensible ! Le règlement dit que les shorts et les tee-shirts sont interdits. Pourtant certaines personnes en portaient ! C’est donc bien parce que les deux femmes étaient en pantalon et voilées qu’elles ont été stigmatisées. Et on leur a refusé l’entrée pour cela ! » L’avocat d’Imaddedine demande la relaxe pure et simple.

Le tribunal ne l’a pas suivi. Le jeune homme a été condamné à deux mois de prison avec sursis et devra payer au directeur et au maître-nageur 300 de dommages et intérêts, ainsi que 300 pour leurs frais de justice. « Y’a des règles. C’est comme ça et ça n’a rien à voir avec un quelconque racisme » a insisté le juge, Fabrice Vêtu !

Paru sur le Midi Libre

Signalé par tnr

Publié par : http://www.bivouac-id.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier François - dans Islamisation de la France
commenter cet article

commentaires