Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du Chevalier François
  • Le blog du  Chevalier François
  • : Chevalier en croisade pour la diffusion d'informations sur la réalité et les dangers de notre époque
  • Contact

Qui suis-je ?

Réponse en bas de page

Recherche

Le Chevalier François

               sur le Web

 

 untitled copie          bouton facebook   

 

     

Archives

Avertissement !

Ce blog se veut un espace de débat et une source d’information.

La publication de textes, de photos ou de vidéos repris d’autres sources n’implique nullement une adhésion à leur contenu. Les commentaires n'engagent que leurs auteurs.        

 

La liberté d'opinion et d'expression est considérée comme une des libertés fondamentales de l'être humain. Elle est citée à l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme comme suit : «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.»

Blog sous la protection de l’article 10 du deuxième Traité de la Convention de Berne, l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme et l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, défendant le droit de tous à l’information et le droit à la liberté d’expression et d’opinion.

Tous Les Gifs

9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 17:38

Remous dans les Armées ! Le Père Jullien de Pommerol, aumônier du 2ème REP, “fana-mili” et para plus que confirmé, a rédigé un rapport explosif sur sa mission en Afghanistan de janvier à juillet 2010. Ce rapport a « fuité ». On le trouve sur Internet. Notre confrère Valeurs actuelles en a reproduit l’essentiel dans son édition du 20 janvier 2011.

« Il y a des occasions où “fermer sa gueule”, comme on dit en jargon militaire, est parfois coupable ». Ainsi commence le rapport qui poursuit : « Il y a en Afghanistan une volonté de l’armée française de créer un état d’esprit tout à fait déférent et bienveillant face à l’islam. Une crainte presque servile de déplaire à l’islam. » Et le P. de Pommerol cite une collection de faits accusateurs.

Mon premier mouvement est d’abord d’adresser un coup de chapeau à ce militaire qui a le courage de ne pas “fermer sa gueule” devant une situation jugée inacceptable.

En lisant attentivement son rapport, je découvre des pistes de réflexions dont je souhaite faire part à son auteur et à tous ceux qui se sentent concernés.

Jullien de Pommerol s’indigne du fait que les militaires français envoyés dans la République islamique d’Afghanistan doivent fermer les yeux sur des coutumes et mœurs locales choquantes pour un esprit européen. Fermer les yeux, entre autres, sur certains comportements des hommes à l’égard des femmes : « sous prétexte qu’ils sont “chez eux”… Ce qui est mauvais ici devient-il bon 7000 km plus loin ? »

Ce n’est évidemment pas une question de distance géographique, mais de distance de « civilisation ». En effet, ce qui est mauvais pour nous, “chez nous”, en Europe, sera considéré comme bon ailleurs, en Asie, en Afrique ou autre part.
Je comprends et je partage l’indignation du “Padre” devant les scènes qu’il décrit. Mais j’interroge : quelle est la mission de nos troupes en Afghanistan ? Est-ce de faire la guerre (irrégulière) ou de convertir à nos mœurs des populations qui nous sont étrangères, comme à l’époque de la colonisation française si décriée ? Ces deux missions ne sont certainement pas compatibles. Certaines coutumes musulmanes sont inacceptables “chez nous”. C’est un fait. Mais ce sont “leurs” coutumes, “chez eux”. Il s’agit de “leurs” affaires et non des nôtres.

Cette brève réflexion en introduit aussitôt une autre, plus large. Au risque de scandaliser, je ne crois pas que les hommes et les peuples soient semblables. Tout ce que l’histoire et l’expérience vécue m’ont appris c’est qu’ils sont différents. Et leurs différences, aussi choquantes soient-elles, constituent leur humanité. Autrement dit, les hommes d’autres peuples ne sont pas mes frères. Ils sont autres et je respecte par principe leurs différences. Même si cela dégoûte et révolte mes sentiments d’Européen, je ne me reconnais aucun droit de dicter aux autres leur conduite “chez eux”. Qu’ils forniquent ou se maltraitent comme ils l’entendent, ce n’est pas mon affaire. On nous l’a suffisamment rappelé depuis qu’en 1962 les Européens ont été chassés d’Algérie !

Reste la question totalement différente de la présence militaire française en Afghanistan et la façon d’exécuter cette mission en tant que supplétifs des forces américaines. Je renvoie sur ce point au dossier de la NRH n° 49, L’Afghanistan, un sacré piège.

Restent enfin deux questions parallèles évoquées par Jullien de Pommerol. Celle, tout d’abord, des obsèques de militaires français tués au combat. Que de telles cérémonies se déroulent en présence d’Afghans arrogants ou goguenards, c’est scandaleux et intolérable. La dernière question concerne les jeunes femmes militaires françaises en Afghanistan, quasiment contraintes de se voiler. Quelle idée aberrante de les envoyer dans un pays islamique ! C’est la certitude que ces femmes seront humiliées, ce qui est révoltant. C’est aussi la certitude de nous déconsidérer, ce qui est honteux et stupide.

Encore une fois bravo à Jullien de Pommerol d’avoir mis les pieds dans le plat et d’avoir favorisé notre réflexion sur quelques sujets essentiels !

Dominique Venner

Publié par : http://www.dominiquevenner.fr

Vu sur : http://www.fdesouche.com/

 

2 articles liés: http://lechevalierfrancois.over-blog.com/article-afghanistan-l-abbe-de-pommerol-prie-de-quitter-la-legion-66410435.html

 

http://lechevalierfrancois.over-blog.com/article-rapport-affligeant-de-l-aumonier-du-2e-rep-en-afghanistan-66408745.html

 

Repost 0
Published by Le Chevalier François - dans Coup de gueule
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 01:51

Un chrétien afghan a trois jours pour revenir à l’islam, sous peine d’être mis à mort

08.02.2011 - Said Musa, âgé de 45 ans, sera exécuté dans les trois jours s’il refuse de se reconvertir à l’Islam, indique Christian Today. C’est ce que lui a dit le juge qui est venu lui rendre visite dans sa cellule.

 L’homme a été arrêté il y a environ huit mois pour apostasie; il avait été identifié dans un documentaire télévisé portant sur les baptêmes en Afghanistan.

M. Musa a travaillé pour la Croix-Rouge pendant 15 ans et aide à traiter les amputés.

Said Musa n’a personne pour le défendre, puisque les avocats pourraient eux-mêmes être en danger dans une telle situation.

Le Fonds Barnabas a lancé une pétition demandant instamment aux gouvernements occidentaux de faire pression sur le président afghan Hamid Karzai pour qu’il relâche Said Musa et pour que les chrétiens ne soient plus emprisonnés ou exécutés [ SIGNEZ cette pétition ].

Barnabas, malgré des discussions avec Hillary Clinton et des représentants des gouvernements français et allemand, n’a pas obtenu gain de cause pour le moment.

Source : Alliance Press et Daily Mail

Signalé par le25.

Publié par: http://www.bivouac-id.com

Repost 0
Published by Le Chevalier François - dans Coup de gueule
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 16:44

Mardi 8 février, policiers, élus et citoyens manifestent ensemble contre le projet de suppression du commissariat dans cette ville de plus de 20 000 habitants e%20(27)[1]

Le 1er septembre, le commissariat de Libourne devrait disparaître et passer sous le contrôle des gendarmes. En échange, la police d’agglomération de Bordeaux va récupérer quatre villes de la communauté urbaine actuellement gérées par ces derniers (Artigues, Bouliac, Eysines et Le Haillan) et verra ses effectifs renforcés. Ce transfert s’inscrit dans le cadre de la restructuration nationale police-gendarmerie.
672-emoticones-et-smileys.com 022[1]
« Comment une trentaine de gendarmes vont-ils pouvoir assurer le même niveau de sécurité que 67 fonctionnaires de police à Libourne ? » interpelle Aymed Korbosly, secrétaire zonal de SGP Unité Police (majoritaire), bien décidé à « tout faire pour empêcher cette fermeture ».

Pour la préfecture, ces chiffres ne sont pas exacts : ce sont « 55 militaires de la gendarmerie intervenant aujourd’hui sur l’arrondissement (hors Libourne) qui deviendront compétents sur la ville dès septembre ». Suffisant, estime le représentant de l’État, pour garantir la sécurité.

La fin des "permanences de nuit"

L’intersyndicale estime à l’inverse que les conséquences de cette évolution seront multiples : moins de patrouilles en ville, des délais d’intervention plus longs… « Les gendarmes ne pourront pas assurer des permanences 24 heures sur 24 comme nous, d’autant qu’ils auront aussi en charge les communes voisines. Il n’y aura pas, notamment, de permanence de nuit », affirme Lionel Laffargue, secrétaire zonal Sud-Ouest du Syndicat national des officiers de police (Snop).
sc11[1]
Les policiers de Libourne mettent en avant leurs statistiques. « Nous avons un taux d’élucidation des délits d’un peu plus de 50 %, alors que la moyenne nationale se situe à environ 38 %, rappelle Patrice Gravier, 49 ans, délégué de SGP Unité Police à Libourne.

Libourne, qui n’est qu’à trente kilomètres de Bordeaux et abrite quatre lycées, a une délinquance urbaine, alors que les gendarmes sont habitués à gérer la délinquance rurale. Pourquoi les a-t-on choisis ? » Jean-Pierre Seignat, président de l’association des commerçants de Libourne, s’inquiète lui aussi : « Aujourd’hui, nous sommes satisfaits du service rendu à la population. Qu’en sera-t-il demain ? »

Grève de la faim

Six autres villes seraient concernées par ces fermetures. Mais « Libourne sera la seule ville de plus de 20 000 habitants à être privée de commissariat », relève Philippe Buisson, en charge de la tranquillité publique, qui dénonce une « absence de concertation ». Ici, cette décision inquiète d’autant plus que la ville a déjà vu l’école des sous-officiers de la gendarmerie et ses 450 emplois quitter son territoire en 2008.
smiley14[1]
Symboliquement, les policiers du commissariat assurent le « service minimum » depuis mercredi et n’interviennent que sur appel des victimes. Un fonctionnaire de police, muté en septembre dernier à Libourne, a même entamé une grève de la faim samedi.

Un projet de fermeture avait déjà été évoqué en 2003. Jeudi dernier, le préfet de Gironde a expliqué que cette fois-ci, « la décision prise par le ministère de l’intérieur ne sera pas remise en cause ». Malgré tout, avec la pétition lancée auprès de la population et la manifestation de cet après-midi, les policiers espèrent encore faire céder l’État, à l’image de leurs collègues CRS.

Nicolas CESAR, à Bordeaux
publié par: http://www.la-croix.com
Repost 0
Published by Le Chevalier François - dans Coup de gueule
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 16:21

Une enquête récente parue dans un hebdomadaire catholique m’a vivement intéressé. Elle portait sur le sentiment d’impuissance qui nous pousse à reporter toujours sur autrui la responsabilité de nos échecs. Depuis peu il semble que ce phénomène puisse être étudié scientifiquement au moyen d’une méthode fiable dans l’explication de laquelle je me garderai bien de me hasarder. Qu’en ressort-il ?

smiley172[1]

Partant de cinq sentiments éprouvés par les personnes qui s’estiment aliénées dans leur ressenti comme dans leur vécu (impression d’impuissance personnelle, absence de signification de leur vie, rejet de la normalité et des valeurs admises, sentiments d’échec et de la solitude) les scientifiques peuvent tirer un certain nombre de conclusions dont tout le monde peut faire son profit. Tout d’abord qui n’éprouve pas, peu ou prou, tel ou tel de ces sentiments ? Existe-t-il une créature humaine qui se sente si bien qu’elle soit dispensée de connaître un jour certaines de ces impressions ?

smiley181[1]

En revanche, comme l’enquête a porté sur trois pays (Suède, Etats-Unis et France) il est instructif d’observer que c’est toujours le Français – mais là j’avoue que je ne suis nullement surpris – qui est le plus négatif : notre nature pessimiste est une fois encore confirmée, mais cette fois-ci scientifiquement, semble-t-il… Descartes aurait pu écrire de nous : « je râle donc je suis ». Sentiments d’aliénation et d’impuissance qui nous font baisser les bras avant même d’avoir commencé à ramer, à voir la largeur excessive de la rivière au lieu de garder les yeux fixés sur l’autre rive à atteindre.

Or ce sentiment visiblement excessif est analysé par les scientifiques comme un frein à la curiosité intellectuelle, donc à la connaissance, une sorte d’autolimitation. Presque une mutilation volontaire ! Il tue notre appétit d’entreprendre, de nous confronter au monde. Il nous paralyse. Ce ne sont pas d’abord nos structures sociales qui sont fautives (« c’est à cause du lycée, de l’université, de nos entreprises, du gouvernement, etc. ») mais bien davantage notre propre responsabilité qui se dédouane en accusant autrui.

smiley140[1]

Et l’auteur de l’article de conclure : « Et cela ne peut que donner à réfléchir : quand nous sommes mécontents des autres, c’est le plus souvent parce que nous sommes insuffisants ». Le mot est lâché : pour nous chrétiens impossible d’avancer sans reconnaître d’abord notre insuffisance, non pour nous culpabiliser mais pour nous stimuler. Reconnaître son insuffisance pour la combattre et faire de sa vie une ascension est le seul programme authentiquement chrétien.

On cherche des rameurs qui sauront souquer ferme pour nous sortir de l’enlisement du découragement ! Le fleuve est peut être large mais il y a bien une autre rive…

bateau 49[1]

Robert POINARD

Publié par : http://www.dioceseauxarmees.catholique.fr

Repost 0
Published by Le Chevalier François - dans Coup de gueule
commenter cet article