Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog du Chevalier François
  • Le blog du  Chevalier François
  • : Chevalier en croisade pour la diffusion d'informations sur la réalité et les dangers de notre époque
  • Contact

Qui suis-je ?

Réponse en bas de page

Recherche

Le Chevalier François

               sur le Web

 

 untitled copie          bouton facebook   

 

     

Archives

Avertissement !

Ce blog se veut un espace de débat et une source d’information.

La publication de textes, de photos ou de vidéos repris d’autres sources n’implique nullement une adhésion à leur contenu. Les commentaires n'engagent que leurs auteurs.        

 

La liberté d'opinion et d'expression est considérée comme une des libertés fondamentales de l'être humain. Elle est citée à l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme comme suit : «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.»

Blog sous la protection de l’article 10 du deuxième Traité de la Convention de Berne, l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme et l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, défendant le droit de tous à l’information et le droit à la liberté d’expression et d’opinion.

Tous Les Gifs

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 19:52

INFO LE FIGARO - Le groupe terroriste est l'auteur de l'attentat du Caire qui avait coûté la vie à une lycéenne française, le 22 février 2009.

Deux ans après l'attentat du Caire visant des Français, c'est désormais à une enquête tentaculaire que s'attelle le juge antiterroriste Yves Jannier. Une enquête où il apparaît que la branche d'al-Qaida à Gaza a délibérément ciblé les ressortissants français et projeté de frapper au cœur même de Paris. C'est, en tout cas, ce qui ressort des PV d'audition d'une Française, soupçonnée d'être impliquée dans le réseau terroriste. Celle-ci, Dodi Hoxha, est sous les verrous depuis le 19 novembre dernier, mise en examen pour «avoir participé à une entente établie ou à un groupement formé en vue de la préparation d'actes de terrorisme», ainsi que pour avoir «participé, financé une entreprise terroriste»

.[...]

 

Dès son arrivée en France, les agents de la DCRI la placent sous surveillance puis l'interpellent le 15 novembre 2010 à son domicile de Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne). Dodi Hoxha est interrogée à quinze reprises au cours de 96 heures de garde à vue. Conclusion adressée par une commissaire de la DCRI au juge Jannier: «Ses relations amicales et financières avec l'un des commanditaires supposés de cet acte de terrorisme, Khaled Moustafa, incitent à poursuivre les investigations la concernant.» De fait, Dodi Hoxha est maintenue en détention.

 

La Française, qui nie toute implication dans l'attentat, s'est montrée prolixe devant les enquêteurs puis devant le juge Jannier qui l'a auditionnée le 26 janvier dernier. Elle indique que c'est dans la mouvance d'Omar Bakri qu'elle aurait «subi un lavage de cerveau».

 

Dodi Hoxha reconnaît qu'elle était en contact avec les chefs de l'organisation «Jaish al-Islam», l'Armée de l'Islam, tenue pour constituer la branche d'al-Qaida à Gaza.

 

La DCRI relève que «l'enquête égyptienne a mis en exergue le rôle joué par deux Égyptiens, membres de l'Armée de l'Islam, actuellement réfugiés en Palestine sur la bande de Gaza, Khaled Moustafa et Amad Mohammed Cetiq Chafia.

 

Le premier est connu pour avoir été en relation sur la bande de Gaza avec Farouk Ben Abbes entre février 2008 et avril 2009».

 

Or, d'après les écoutes téléphoniques, Dodi Hoxha impute son arrestation en Égypte à Farouk Ben Abbes. La DCRI note également «qu'elle connaît très bien Khaled Moustafa, considéré par les Egyptiens comme le chef d'al-Qaida en Palestine».

 

La Française reconnaît qu'elle était en relation avec Khaled Moustafa avant son arrivée en Égypte en 2005, qui l'aurait encore «aidée à trouver un appartement au Caire». Mais, surtout, le commanditaire supposé de l'attentat lui a fait parvenir de l'argent depuis Gaza à plusieurs reprises. Une somme de dix mille dollars aurait été destinée à l'épouse de Moustafa, Fatima F., qui, toujours selon les dépositions de la Française, se disait «en accord avec les attentats suicides».

 

Plus grave encore, dès sa quatrième audition devant la DCRI, Dodi Hoxha charge Farouk Ben Abbes, interpellé en même temps qu'elle au Caire.

Il aurait avoué à la Sécurité d'État qu'il «avait un projet d'attentat en France contre le Bataclan» (la salle de spectacle parisienne).

 

Fatima F., incarcérée au Caire avec Dodi Hoxha aurait, elle, justifié cette action terroriste au motif que «les propriétaires [du Bataclan] sont des juifs».

 

La Française aurait alors cessé tout transport de fonds pour ne pas être «manipulée». La mention de la célèbre salle de spectacle du XIe arrondissement de Paris n'est pas anodine. Car, en janvier 2007, Le Bataclan a été la cible de menaces de mouvements islamistes pour avoir accueilli un concert en soutien «aux gardes frontières israéliens».

 

Lors de leur arrestation en Égypte, plusieurs comparses de Dodi Hoxha ont reconnu que l'Armée de l'Islam projetait des attentats contre «une synagogue en France, l'ambassade de France et le Centre culturel français au Caire».

 

Des aveux à prendre, certes, avec beaucoup de précaution tant en ce qui concerne les auteurs des déclarations que les conditions des interrogatoires. Cependant, la France et ses compatriotes semblent effectivement dans le viseur des terroristes de la «Jaish al-Islam». Une autre «filiale» d'al-Qaida, jusque-là méconnue, mais qui a déjà fait couler le sang.

 

Lire l'article complet

 

Par Arnauld Dingreville

 

Publié par : http://www.lefigaro.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Chevalier François - dans Islamisation de la France
commenter cet article

commentaires